On nous offre le champagne / La pince de Monseigneur
- Chapitres 17 & 18 -

Chapitre 17 - ON NOUS OFFRE LE CHAMPAGNE.

Deux jours après notre entrevue avec M. Bourgès, celui-ci confirme ses propos dans la presse (cf. article Dépêche du 06/01/2007).
« Voilà qui clôt ‘‘Une malencontreuse affaire (...) Nous ne pouvons adhérer à des formules telles que - Nous n’aurons pas d’état d’âme à passer le bulldozer [dixit d’Agrain] - c’est une forme de violence faite à un quartier qui a demandé l’inscription de cette parcelle en espaces verts. Nous ne donnerons donc pas suite au projet. Nous n’avons pas habitude de faire au détriment des autres, qui ne sont pas en outre, en opposition avec nos missions. Nous n’allons pas expulser des artistes.’’
Jean-Paul Bourgès avoue qu’une collaboration des deux parties eut été idéale. A défaut, Habitat et Humanisme explore d’autres pistes pour construire sa maison-relais à Toulouse. »

Dès la parution de cet article, des messages de soulagement et de remerciements nous parviennent. Enfin une victoire dans la terrible succession des expulsions. La Chapelle est depuis peu le dernier lieu dit « alternatif » de Toulouse. Le Clandé (10 années d’expériences, expulsé le 04 décembre), Le Couvent (30 personnes à la rue) et d’autres ... Les marginaux sont chassés du centre ville. Après la mort de notre ami Edouard Rihouay, son corps est brandi comme étendard dans la croisade anti marginalité de la mairie de Toulouse (cf. Bilan d’activité 2006).
Dans ce contexte, des proches et des moins proches sont tout à coup heureux, eux qui pensaient que ce lieu bientôt allait lui aussi disparaître. Nous les accueillons le lundi 15 janvier 2007 autour d’un verre de vin chaud et parfois du champagne qu’ils nous offrent. Un peu hébétés, nous allons pouvoir enfin reprendre le fil de nos activités.

Chapitre 18 - LA PINCE DE MONSEIGNEUR

La veille, dimanche 14 janvier, lors de la manifestation ‘‘La fête des peuples’’ rassemblant les diverses communautés catholique de la planète, deux représentants de L’Atelier Idéal se sont fait introduire auprès de Monseigneur Le Gall.
Croyant avoir à faire uniquement à des amis du fils d’une de ses ouailles, il leur tend une main chaleureuse. Main tendue qui se crispe et se refroidit à la seule évocation de la Chapelle. Sa main se retire. Il ne peut que bégayer savoir que nous occupons un terrain appartenant à l’Eglise et que c’est là un problème. Fin de l’entretien.

chapitre précédent sommaire de la chronologie chapitre suivant