Fête du désastre politique ?
Lundi 7 mai 2007

Fête du désastre politique


Programme libre ... en cours d’élaboration ... laissé à l’imagination des adhérents de la Relâche ... selon l’humeur politique du moment !


Dernière minute :

... après maintes réflexions à l’issue de la projection de Brazil, Volem, V et ’il était une fois la révolution’... qui ont attiré tant de monde à la Chapelle (merci à vous, voilà qui réchauffe le coeur !) ... notre DJ officiel envisage sérieusement de se mettre à la page et de diffuser l’intégrale de Johnny Halliday et de Mireille Mathieu ...

Mais vous inquiétez pas, c’est sûr il fera beau ( y’a qu’à regarder le ciel : il est tout BLEU ! ), et vous pourrez rester dans le jardin pour épargner vos oreilles ...

A ce soir !!!


La Relâche - tous les lundis - à la Chapelle

de 18h à 22h - entrée libre

Bar et restauration à petits prix




Toulouse, le 25 mars 1871

La garde nationale de Toulouse, réunie à l’occasion de la création de bataillons de garde constitutionnelle et de l’installation de M. de Kératry en qualité de préfet de la Haute-Garonne, a proclamé aujourd’hui à deux heures l’organisation de la commune, aux cris de : Vive Paris !
Le corps d’officiers de la garde nationale sédentaire constitue la Commune de Toulouse.

La commune déclare M. de Kératry déclin de son titre de préfet, et maintient le citoyen Duportal en qualité de délégué du pouvoir central.
La commune déclare vouloir la République une et indivisible, et elle adjure les députés de Paris d’être les intermédiaires d’une transaction désirable entre le gouvernement de la République et le peuple de Paris.
Dans ce but, elle somme la gouvernement d’avoir à dissoudre l’Assemblée nationale comme ayant accompli le mandat pour lequel elle a été élue, comme étant la cause de toutes les difficultés présentés et le fruit de la peur et de la corruption cléricale.

Elle adhère aux préliminaires de la paix et demande que, pour délivrer le plus tôt possible le sol de la patrie de la souillure de l’étranger, des mesures énergiques soient prises pour faire payer, sans délai, les frais de la guerre à ceux qui ont déchaîné ce fléau sur la pays et conclu une paix ruineuse et humiliante.

La commune de Toulouse fera respecter toutes les opinions et assurera la conservation de tous les intérêts public et privés ; mais elle sévira avec vigueur contre toute tentative de perturbation.

Son but est de mettre la République à l’abri des conspirations monarchiques de toute sorte, et d’arriver, par le concours qu’elle entend donner à la représentation radicale de l’Assemblée, à la disparition de tous les malentendus qui prolongent nos déchirements,

Vive la République une et indivisible !

Suivent les signatures des officiers de l’état-major et celles des officiers du 1er bataillon (ouest), du 2è bataillon (sud), du 3è bataillon (centre), et du 4è bataillon (nord).


La Relâche  : Tous les lundis de 18h à 22h ...

Entrée libre ... Bar et restauration à petits prix ...

à la Chapelle, 36 rue Danielle Casanova, à Toulouse