D’autres squats associatifs et culturels toulousains ... le Clandé, le Couvent, ... ont récemment fait les frais de la politique répressive de la Mairie et de la Préfecture !

ETAT d’URGENCE AUX MINIMES !
15 et 16 décembre 2007

>> Dernière minute : les pavillons sauvages ont obtenu un délai ... Le Maire de Toulouse, en campagne électorale, et ne souhaitant pas se faire déborder sur sa gauche, leur a généreusement octroyé la "trêve hivernale" (qui ne s’applique pas aux squats d’après la loi) ...

Lire l’article de la Dépêche du midi sur le sujet :

" Pavillon sauvage : vers un sursis à la démolition "


COMMUNIQUE DES PAVILLONS SAUVAGES :

Ce lieu a besoin de toutes les bonnes volontés pour être soutenu : diffusez cet article sur vos mailing listes de courriels et manifestez votre soutien en contactant les services du logement et de la culture de la mairie de Toulouse, la préfecture de Haute-garonne, le conseil régional et général, le propriétaire (l’Etat, ministère de la défense) et le gestionnaire qui est la SNI (Société Nationale Immobilière).

Depuis le 10 janvier 2007, un ensemble immobilier appartenant au Ministère de la Défense a été réquisitionné (articles de la dépêche du 25 octobre 2007, du 17 octobre 2007, du 25 juillet 2007 et du 09 février 2007, reportage FR3 édition locale de Toulouse du 16 octobre 2007).

Cette occupation située dans le quartier des Minimes à Toulouse a pour origine le besoin urgent de se loger, de s’exprimer ainsi que de développer des activités culturelles, sociales et écologiques. Cette action est réellement inscrite dans son quartier car ses habitants en sont partie prenante !

La Frichette Jean Dagnaux, « Les Pavillons Sauvages », c’est aujourd’hui :

- Un espace social d’habitation pour 23 personnes dont 3 enfants et 10 musiciens ;

- Une crèche parentale ;

- Une collégiale regroupant 22 associations ;

- Une salle de rencontres musicales Rock Métal Garage Folk Punk Noise Expérimental ;

- 10 musiciens en résidence ;

- Deux studios de répétitions Rock, un local de théatre et clip vidéo ;

- Un atelier de graphisme lié aux musiques Rock ;

- Un square écologique public et un jardin potager biologique ;

- Un accès internet public gratuit.

photo de la crèche parentale

Suite à la réception du commandement de quitter les lieux le 16 octobre 2007, les associations et les occupants de la Frichette Jean Dagnaux ont saisi le juge des exécutions afin d’obtenir un délai.

Une audience leur a été accordé le 17 octobre à 08h30 au Tribunal de Grande Instance, salle La Narbonnaise. Cette demande via le délibéré délivré le 24 octobre a été rejetée. Il a été fait appel de ce jugement. La date de la comparution n’as pas encore été prise.

Pourtant une décision d’expulsion serait doublement dramatique : 27 personnes occupent actuellement une partie des locaux, la majeure partie de ces résidents n’ont aucune solution de relogement possible. De plus cette procédure jetterait à la rue les associations qui oeuvrent sur le site en faveur de la culture à Toulouse et notamment la Salle des Musiques Libres et Indépendante de Toulouse. Cette salle de diffusion Rock est tenue par 22 associations musicales Toulousaines. Elles y fédère 643 musiciens et groupes de musique de notre ville, de la France et de l’international, et y organise de nombreuses rencontres musicales.

Les occupants et les associations s’efforcent de trouver une solution alternative à l’expulsion : plus de la moitié de la Frichette allant du parking avenue Jean Dagnaux (numéro 21) jusqu’au chemin du Sang de Serp (bout de l’avenue, numéro 1) a été libéré et rendu à son propriétaire afin qu’il puisse y réaliser son projet. Et pour ce faire, 21 personnes se sont relogés, non sans difficultés, et trois locaux associatifs ont fermés.

Cette partie du site maintenant vide est contigüe. Elle est séparée des 3 autres bâtiments encore occupés par un immense parking de plus de 30 mètres de large.

Il n’y a donc aucun danger à ce que des travaux y soient menés par son propriétaire.

Les nombreux interlocuteurs qui ont été rencontrés sont sensibles aux manques de logements, de locaux associatifs et culturels ainsi qu’à la volonté de porter à la connaissance des Toulousains les grands problèmes écologiques en montrant ceux qui peuvent se résoudre pratiquement dans leur vie quotidienne . De fait, ils ont donc encouragé la démarche qui serait de libérer la moitié du site et de demander pour l’autre partie un bail ou une convention.

Le propriétaire s’est aussi vu proposé qu’il divise ses travaux en deux phases dont la première peut immédiatement commencer.
Nous sommes soutenus par les habitants du quartier. De nombreux Toulousains ont signés la pétition et plus de 70 associations nous défendent.

Vous aussi n’hésitez pas à nous appuyer auprès des pouvoirs publics afin qu’une solution satisfaisante soit trouvée.

CETTE FRICHE ASSOCIATIVE EST MENACEE DE DESTRUCTION !!!

POUR LA SOUTENIR, ADHEREZ EN NOUS LAISSANT VOTRE NOM, VOTRE EMAIL ET VOTRE TELEPHONE.

Portes ouvertes à partir de 16h les mercredi 12, samedi 15 et dimanche 16 décembre, présentation du projet à 19h.

Venez nombreux nous manifester votre soutien !

LES PAVILLONS SAUVAGES

avenue Jean Dagnaux et rue de Chaussas

Les minimes - Toulouse - Métro : Canal du midi

Tél 06.77.58.53.62 / 06.30.71.52.59

Courriel : frichette @ olibanum.org

Site : www.olibanum.org