Executeur 14
du mardi 13 au samedi 17 mai 2008

Un comédien dans la technique cubiste

Théâtre. La compagnie Balistique du corps naïf à La Chapelle.

Un comédien dans la technique cubiste

La compagnie « Balistique du corps naïf » créée en 2007 par Jessica Basselot -Groc auteur, comédienne et conteuse, et Jean Gary, comédien, metteur en scène et danseur, tous deux passés notamment par la formation dirigée par Michel Mathieu (Théâtre de l’acte), donnent à la Chapelle, rue Casanova une interprétation originale du texte d’Adel Hakim, auteur Cairote ayant vécu au Liban : « Exécuteur 14 ».

Dans ce texte, l’auteur essaie de traduire théâtralement le processus d’une guerre civile. Avant de s’éteindre, le dernier survivant d’une guerre civile revit toute son existence. Son enfance de garçon pacifique dans un milieu où tout semblait aller bien, mais où règnent des tensions entre deux clans : les Adamites et les Zélites. Un jour, la guerre se déclenche. Le jeune homme passe à travers les événements qu’il regarde avec innocence. Les deux clans s’affrontent. Appartenir à l’un ou à l’autre devient une tache indélébile. Les bombardements arrivent. Il apprend à vivre avec la guerre. Un jour, la tragédie le touche de manière très personnelle.
Machine à tuer ?

La vie perd alors toute signification pour lui. Il trouve refuge dans une croyance religieuse aveugle. Il se joint aux miliciens de son clan pour exterminer l’autre. Il se transforme en guerrier fanatique et prend plaisir à la tuerie, jusqu’au repentir ultime. Pour traduire une vie entière dans une seconde d’éternité, prise dans ce sas entre la vie et la mort, Jessica Basselot-Groc et Jean Gary ont travaillé sur le masque pour exprimer les émotions. Ils ont mis au point un corpus de mouvements chorégraphies répétitifs au code universel pour traduire l’hésitation, la décision, le doute, l’émotion. Le comédien dessine à la craie sur le sol les différentes directions qu’il emprunte. Ces lignes, traces de son histoire, figurant les différents choix de vie du personnage. Sa réalité fragmentée, disloquée, puis reconstruite évoque la technique cubiste, nom qu’ils ont donné à la méthode qu’ils ont imaginée pour créer cette œuvre, portée par le rythme saccadé du tango.

« Exécuteur 14 »

à la Chapelle, 36 rue Casanova

Du mardi 13 au samedi 17 mai, à 20h30.

Réservations : 05 61 12 37 55 ou 06 31 40 56 90.