Le printemps des révolutions...
la TURQUIE !
du 28 mai au 1er juin

Mai 2013, soulèvement populaire de Gezi park.
La destruction programmée d’un parc sur la place Taksim (place centrale d’Istanbul) enflamme le pays contre le gouvernement autoritaire et paternaliste de Recep Tayip Erdogan. La violente répression qui s’ensuit déclenche une révolte généralisée qui fait encore écho aujourd’hui. De mémoires de Turcs, il y avait bien longtemps qu’on avait pas vu de telles résistances, l’autogestion et la solidarité spontanée en ont étonné plus d’un ! Géopolitiquement incontournable, la Turquie semble bien tourner une page de son histoire.
Reste à savoir laquelle.

- Mercredi 28 mai

Première rencontre avec Pinar Selek à la librairie Terra Nova

19H /RENCONTRE avec Pinar Selek à la librairie Terra Nova pour la présentation de son dernier ouvrage, Service militaire en Turquie et construction de la classe de sexe dominante : devenir homme rampant, édité chez l’Harmattant.

En présence de la préfacière Jules Falquet

A travers cinquante-huit entretiens menés avec des hommes de différents âges et milieux socio-géographiques, cet ouvrage s’inscrit dans une démarche d’histoire orale qui vise, plus qu’à cerner objectivement ce qui se passe durant le service militaire, à saisir les souvenirs qu’il a laissés aux anciennes recrues et les discours qui l’accompagnent. Avec ce travail, Pinar Selek nous entraîne à la suite des Mehmetçik dans une expérience saisissante et totale. Premier arrachement au milieu familial pour beaucoup, première et parfois dernière occasion de sortir de leur village – ou à l’inverse, pour les citadins, de connaître des régions rurales éloignées, le service militaire implique un véritable brassage ethnique et de classe, et un tourbillon de nouveautés pour les jeunes gens.

Pinar Selek est féministe, antimilitariste, sociologue, écrivaine et militante. Elle est actuellement exilée en France, ayant été condamnée à la prison à perpétuité le 24 janvier 2013 à l’issue d’un procès de 15 années et malgré 3 acquittements successifs. Elle continue son engagement en Turquie par l’intermédiaire de la revue Amargi et en intervenant dans des rencontres grâce aux nouvelles technologies de communication. Pinar Selek s’inscrit dans les luttes locales et internationales contre toutes les formes de pouvoir, de violence et d’exploitation en espérant voir un jour un monde de paix et de justice, pour toutes et tous. Elle est également l’auteure de La maison du Bosphore (Éditions Liana Levi) et de Loin de chez moi, mais jusqu’où ?

(Éditions Ixe).

Jules Falquet est maîtresse de conférences en sociologie à l’Université Paris 7-Denis Diderot. Elle est également la préfacière de Féminisme et antimilitarisme d’Andrée Michel. Elle est l’auteure de Itza : à la croisée des chemins, de De gré ou de force : les femmes dans la mondialisation et a dirigé la réalisation de Théories féministes et queers décoloniales : interventions chicanas et latinas états-uniennes aux éditions IXe.

- Jeudi 29 mai

Contextualisation et information sur la lutte de GEZI PARK

* 18H /OUVERTURE DES PORTES

Venez revisiter La Chapelle autrement : pour l’occasion, toutes les salles seront ouvertes, qui donneront à voir des installations vidéos pour mieux comprendre différents aspects de cette lutte : barricades, affrontements, répressions, mais aussi autogestion, organisation spontanée, créativité, expression artistique et politique...

Un atelier de sérigraphie DIY, sur place, pour vous familiariser avec cette technique et découvrir l’iconographie politique de GEZI.
Une table de presse pour aller plus loin...

* 19H30 /MEZZE, VERNISSAGE de l’exposition du photographe Mickaël Jimenez Mathéossian

D’origine arménienne, ce photo-reporter s’intéresse depuis quelques années au génocide arménien en Turquie. Au cours d’un de ses reportages il se trouve malgré lui en plein cœur de la lutte de Gezi Park ; n’ayant pas hésité à se mettre en péril, il nous en fera parvenir une série de photographies prises sur le vif, en pleine action. De retour d’un nouveau voyage en Turquie, il sera présent durant cet événement pour nous faire part de son expérience, exposer son point de vue et partager avec nous sa vision de l’actualité.

* 21H /PROJECTION du long métrage EKUMENOPOLIS de Imre Azem

Ce film, réalisé en 2011 par Imre Azem nous donne une vision plus globale des prémices du soulèvement de Gezi. Il présente un tableau pertinent de l’histoire du développement urbain en Turquie, de la modernisation à outrance d’Istanbul, et des effets qui en résultent. La projection de ce film nous a semblé tout à fait efficace pour permettre aux participants de comprendre le contexte de cette vie urbaine qui concerne plus de 15 millions d’individus.

(http://www.ekumenopolis.net/#/tr_TR )

- Vendredi 30 mai

Baratin sur la situation turque contemporaine

* 18H /RENCONTRE avec Pinar Selek

Notre invitée abordera la question de la transformation de l’espace militant en Turquie. A la lecture des différents cycles de contestation nous reviendrons sur la notion d’innovation dans les modalités d’action et d’organisation collectives. Nous chercherons à comprendre avec elle l’émergence de nouveaux mouvements contestataires malgré une répression et une violence d’Etat bien spécifique dont nous tenterons d’analyser les contours.

* 19H30 /RETOURS, DISCUSSIONS

* 21H : REPAS COLLECTIF

- Samedi 31 mai

Donner un exemple de ce que peut-être la continuité d’une lutte...

* 17H / PROJECTION de petites vidéos auto-média du squat Don Kisot du quartier de Kadikoy

* 18H /DÉBAT : mouvements « spontanés » : les suites ?
Lorsque le parc est définitivement repris avec violence par les autorités, de multiples forums de quartier voient le jour. La lutte est décentralisée. Ce n’est plus l’heure des affrontements directs avec le bras armé de l’ennemi mais bien celle de se retrouver, se parler, de s’organiser pour la suite. Nous sommes au début de l’été à Istanbul et les parcs de quartiers finissent par se vider. Les classes moyennes partent en vacances, les autres reprennent le cours de leur vie. Mais un forum de quartier en a décidé autrement. Collectivement ils vont occuper un immeuble vide depuis plus de 20 ans dont la construction n’a jamais été aboutie. En nous appuyant sur les nombreuses vidéos produites ensemble, nous parlerons de cette initiative, et discuterons plus globalement du principe d’occupation, : l’’ouverture de squats comme tentative de faire vivre les luttes au quotidien.

* 20H /REPAS suivi d’un moment dansant : à la découverte de la musique et des danses Turques.

* 20H30-22H / Musique : Dj Onur

- Dimanche 1er juin

Moment festif, détente

* à partir de 15/16H /TOURNOI de Tavla, thé, café, gâteaux

* 20H /REPAS Turc et CONCERT avec Umit Ceyhan