Scènes de lutte des classes au Portugal !
Lundi 19 mai

Ce lundi 19 mai, dans le cadre du PRINTEMPS DES RÉVOLUTIONS, L’Atelier Idéal transforme la soirée Relâche en mode BARATIN et en salle de projection !


18h : ouverture des portes

20h30 : Rencontre/Discussion avec JORGE VALADAS

21h : Projection du film

Scenes from the struggle class in Portugal

de Robert Kramer


A propos de JORGE VALADAS

Né à Lisbonne en 1945, Jorge Valadas déserte l’armée coloniale portugaise, et se réfugie à Paris où il vit depuis 1967.

Sous le nom de Charles Reeve, il collabore à la presse libertaire et anti-autoritaire. Il participe au éditions Ab irato, notamment à l’indispensable revue l’Oiseau-tempête, désormais remplacée par l’Echaudée.

Militant libertaire, il témoigne d’une vision décalée de le Révolution des oeillets.

Parmi ses publications :

Les œillets sont coupés, chroniques portugaises (Paris-Méditerranée, 1999).

Bureaucratie céleste, bagnes et business (L’Insomniaque, 1997), écrit avec Hsi Hsuan-Wou.

Au-delà des passes montagnes du Sud-Est mexicain (Ab Irato, 1996), écrit avec Sylvie Deneuve.

Voyage au bord d’une Amérique en crise (Traffic, 1992), écrit avec Sylvie Deneuve.

Exotisme s’abstenir (Acratie, 1985)

Solidarité enchaînée (Spartacus, 1981) : une interprétation des luttes en Pologne en 1980-1981.

Expérience portugaise (Spartacus, 1976) : La conception putschiste de la révolution sociale.

Portugal, l’autre combat (Spartacus, 1975) : classe et conflit dans la société. Écrit avec F. Avila, C. Orsoni, B. Lorry et C. Ferreira.

Le Tigre de papier (Spartacus, 1972) : sur le développement du capitalisme en Chine, 1949-1971.

Pour en savoir plus :

A lire impérativement sur la situation portugaise passée et présente :

l’article LE PORTUGAL EST-IL SOLUBLE DANS LA CRISE ? (pages 5 à 18) de Charles Reeve / Jorge Valadas publié par la suite dans la revue MAELSTROM (pages 3 à 18)

A propos du film

Scenes from the struggle class in Portugal de Robert Kramer

(États-Unis, 1977, 90min, VOSTF)

A la manière d’un essai, Robert Kramer propose une analyse linéaire exigeante des événements au Portugal après le renversement du fascisme en 1974, et jusqu’en 1976.

Le centre d’attention principal est le Mouvement pour le pouvoir populaire, et une tentative de comprendre ce qu’étaient les potentialités politiques réelles. Le montage violemment fragmenté d’images est en interaction avec le texte analytique détaché, imperturbable.

En ce sens, le conflit entre les deux est le sujet du film : La libération d’énergie stupéfiante, chaotique, viscérale qui suivit le 24 avril 1974, associée à l’analyse rationnelle et à l’effort d’esprits politiques conscients en vue de comprendre, de former et de diriger cette libération.

(Robert Kramer. For the Italian Catalogue, 3 November 1980, Paris)