Baratin "Documentaire ­Social"
mercredi 4 juin

EVA BABOULENE, Réalisatrice du film « Documentaire­ Social »
et LIONEL ANDREARCZYK ­ Étudiant le travail social, proposent une projection suivie d’une rencontre­ débat, en présence des acteurs du film.

C’est entre autre avec la rencontre d’Eric Bonnet, qu’Eva décide de réaliser son projet de film, autours des travailleurs sociaux en structures d’accueil de personnes. Elle a souhaité s’immerger dans le quotidien des ces acteurs sociaux, travaillant auprès des populations les plus démunies, pour comprendre les problématiques auxquels ils font face, leurs engagements. Le discernement de ces enjeux lui semblent être un des moyens de s’impliquer et de commencer à se créer une entité politique.

Comment réagir aux situations qui émergent des contextes politiques et sociaux en place ?
Qu’elles en sont les limites ?
Comment à partir des contradictions qui en ressortent, continuer à imaginer, inventer, formuler, des potentiels d’actions adéquats à ces réalités ?

C’est à partir de ces points qu’elle veut approfondir, la notion d’engagement, la politique, l’éthique.

http://www.cinevascope.nihilux.net/...






Note d’intention :

Me tiennent à coeur, les dispositifs sociaux, les processus d’engagement, les volontés d’améliorer le quotidien des personnes les plus démunies, le rôle des institutions et les enjeux sociaux­ politiques encrés dans le réel.

Le film réunira les outils nécessaires pour ancrer les spectateurs dans la réalité sociale afin de ne plus isoler chacun dans son rôle (acteur­social, spectateur, consommateur, artiste, responsable politique, etc.)

Ma première ligne comme processus sera de toujours discuter avec la notion
d’engagement dans le fond et dans la forme du film. C’est dans le rapport avec les dispositifs sociaux que se révèleront, dans le travail, les potentialités d’engagement en même temps que leurs limites. Il me semble que chacun à son échelle, pourra si il le souhaite, se sentir traversé par les notions de potentiel et de limite en écho à sa propre expérience. En fabriquant ce film, je réalise et actualise également ma condition, j’explore
mon potentiel d’engagement en tant que cinéaste ainsi que mes limites. J’explore le réel en même temps que je le mets en scène pour qu’il tente de répondre à mes interrogations.

Un film sera pour moi la meilleure façon de traiter parallèlement l’engagement des travailleurs sociaux et leurs limites. J’ai beaucoup parlé du film que je veux réaliser avec plusieurs travailleurs­ sociaux, des éducat­eur­rice, des assistant­e­s social, j’ai pu commencer ainsi à dégager des problématiques dans ces métiers. Je me suis particulièrement penchée sur la question de l’engagement.

Cette question est centrale dans ma démarche en tant qu’artiste­ cinéaste. Pour moi, réaliser un film est « acte artistique » mais aussi « acte politique » ; lorsque je réalise un film, quelque part, je m’engage. J’ai choisis de faire un film avec des travailleurs ­sociaux, car pour moi ils incarnent des formes d’engagement au travers de formes politiques. La création du film relèvera de l’artistique si tant est que nous puissions trouver de la poésie dans les tréfonds du « marasme social » ( : notion toute imprégnée de préjugés véhiculés notamment dans la plupart des médias de masse comme étant la dure réalité du travailleur social.)

La ligne directrice de la construction du film est donc intimement liée aux formes que prend l’engagement social. Sa force se constitue dans le cheminement artistique du processus de création cinématographique par rapport a un regard. Il ne s’agit nullement de condamner ou de juger (l’engagement, l’institution,etc.), mais bien de constituer un dialogue entre le film, son propos et les spectateurs.

Le propos du film se construit donc à partir du quotidien des travailleur sociaux, de leur engagement (et de ses limites) dans leur travail, des corrélations entre le « devoir ­faire », le « pouvoir ­faire » et le « vouloir­ faire », et de la nécessité de s’adapter aux différents secteurs sociaux.

Au vu de son propos, le film s’ancre dans le réel, il immerge le spectateur dans la réalité sociale : la caméra est « embarquée » sur le terrain et le son recréé les ambiances.

C’est un film explorant ses propres limites cinématographique par sa forme et par soucis de cohérence avec le fond. Il examine les limites, du « devoir­faire », du « pouvoir ­faire » et du « vouloir ­faire ». Le film reconnaîtra ses propres limites par rapport aux conventions et aux normes et tentera de s’en affranchir par sa forme.Quelques idées : montage aéré,
dé­synchronisation du son et de l’image, non ­utilisation d’une voix ­off, pas d’interview mais des entretiens, De la même façon que les travailleurs sociaux doivent s’adapter aux différentes réalités auxquelles ils sont confrontés, en tant que cinéaste, ma position devra s’adapter au quotidien des éducateurs. Le film se construira donc avec les acteurs sociaux eux même, sur le terrain, tout en laissant une place aux hasards et à l’improvisation, grandes sources d’inspiration créatrice en ce qui me concerne.

Tout est écrit mais tout ne doit pas l’être.

Eva Baboulène.

http://gps.midipy.over-blog.com/

http://gps.midipy.over-blog.com/pages/Lieu_de_vie_a_Goudouli_-5074107.html

http://creatoulouse.squat.net/

UN BARATIN QUOI QU’EST-CE ?

Le concept est simple : bar avant, bar après, baratin au milieu…

Après la projection, la parole sera donnée aux spectateurs pour une discussion à bâtons rompus avec les intervenants.

Un Baratin n’est donc pas un cours magistral unilatéral mais un échange dont la seule ambition est d’interroger le monde tel qu’il ne va pas.

Si vous souhaitez participer avec nous à organiser ces "BARATINS", envoyez-nous un mail sur :

contact (at) atelierideal.lautre.net

ou passez-nous voir lors de nos réunions associatives hebdomadaires, le mercredi à partir de 19h00 à la Chapelle !


Association l’Atelier Idéal

Lieu d’expérimentation politique, sociale et artistique

depuis 1993 ... la Chapelle a 20 ans !

36 rue Danielle Casanova

31000 Toulouse

tel : 05 61 12 37 55

mail : contact (at) atelierideal.lautre.net

site : www.atelierideal.lautre.net