Le Noël des enfants perdus
Mercredi 24 décembre 2014

Venez passer la veillée de Noël différemment au sein de La grande famille Chapelle...

Le principe est simple :
auberge espagnole ou chacun amène ce qu’il peut, ce qu’il veut...(si vous n’avez rien, nous aurons pour vous !), des jeux à disposition (grâce à l’association TERRE DE JEU), de la musique, des bonnes vibrations et de grande tablées pour se rencontrer.

La Chapelle sera ouverte dès l’après midi si vous souhaitez participer à la décoration ou à la cuisine, et sinon, vous nous rejoignez quand vous le souhaitez !


Un jour qu’j’étais dans la rue, occupé à essayer de m’réchauffer les doigts autour d’un gobelet d’café, j’ai entendu un grincement rouillé, un cliquetis de bicyclette mal graissée. Au début, je n’y ai pas prêté attention mais voilà qu’apparut à l’angle de ma rue un vieillard sur un vélo.

En passant devant moi il m’adressa un clin d’œil et un sourire.
Un elfe fragile et léger, assis sur son épaule, entama un air de flûte et de tous côtés arrivèrent un, puis deux, puis cent enfants...

Ils arrivaient en courant, en groupe ou isolés, par centaines, suivant le vieillard qui pédalait, courbé sur son vélo, l’écharpe au vent, les yeux remplis de joie.

Toute la foule des enfants perdus s’immobilisa devant le porche d’une grande bâtisse triste et noire de crasse. Le vieux ouvrit la porte branlante et invita tout le monde à entrer.

Au centre de la pièce on avait dressé une table gigantesque sur laquelle était servi un véritable festin. Il n’y avait pas de sapin décoré, pas de crèche à l’enfant, ni de montagne de cadeaux.

Moi, j’ai poussé la porte et mon vieillard assis dans un fauteuil au coin du feu m’a dit :

"Tu en as mis du temps pour arriver jusqu’ici".*


* librement adapté de « Mission impossible » Ludovic Paupe, 1996 ©