Iconoclaste #3
dimanche 31 mai 2015

Du vendredi 29 au dimanche 31 mai 2015, la Chapelle accueille les Journées iconoclastes, des journées de conférences, débats, ateliers, réflexions, partages et discussions autour de différents thèmes qui nous posent question !

3ème et dernière journée le dimanche 31 mai !

A partir de 11h : Atelier-débat
"30 ans de scissions dans le mouvement libertaire"

De 13h à 15h : repas partagé dans le jardin pour poursuivre les discussions !

A 15h : Conférence-débat avec Yves Coleman autour du thème

Idéologues et militants du social-chauvinisme


A propos du social-chauvinisme

Le « social-chauvinisme » est une vieille expression polémique utilisée durant la Première Guerre mondiale par les socialistes marxistes internationalistes (Lénine, Luxembourg, etc.) pour dénoncer les sociaux-démocrates qui soutenaient leurs bourgeoisies nationales respectives en usant d’une phraséologie pseudo-radicale.
Aujourd’hui, on retrouve le même type d’arguments sociaux-patriotes chez des intellectuels (Todd, Lordon, Michéa, Ariès, les équipes du Monde diplomatique et de Politis, à gauche mais aussi à droite chez Taguieff, Finkielkraut, etc) et des organisations (ATTAC, PCF, Parti de Gauche, etc.) : cette mouvance critique « l’oligarchie » (vieux concept d’extrême-droite), la dictature de la finance et la Bourse (idem) ; ils prônent un capitalisme industriel, productif, national et un État fort menant une politique keynésienne d’indépendance nationale, sans oublier, bien sûr, la défense des PME. Pour ce faire, ils s’affublent d’un masque critique, anticapitaliste ou altermondialiste, toujours chauvin.

Démystifier ces discours et ces organisations est essentiel dans une période où la compétition économique entre les États européens ne fait qu’attiser les régionalismes, les nationalismes, et la xénophobie sous toutes ses formes.

Les Journées Iconoclastes sont organisées par la CNT-AIT et l’Atelier Idéal.
Entrée libre ! ... Restauration et bar possible sur place.

Iconoclasme (nom masc.)
(des mots grecs εἰκών eikôn « image, icône » et κλάω klaô « briser ») est, au sens strict, la destruction délibérée d’images, c’est-à-dire de représentations religieuses de type figuratif (appartenant souvent à sa propre culture), généralement pour des motifs religieux ou politiques.
Ce courant de pensée rejette la vénération adressée aux représentations du divin, dans les icônes en particulier. L’iconoclasme est opposé à l’iconodulie (ou iconodoulie).
Dans un sens second et récent (fin du XIXe siècle), le terme iconoclaste (adjectif ou nom) désigne une attitude ou un comportement d’hostilité manifeste aux interdits, normes et croyances dominantes ou autres valeurs « intouchables ».