Ouverte sur le quartier et sur la ville, la chapelle accueille régulièrement des projets portés par d’autres associations ou groupes qui investissent alors le lieu, l’Atelier Idéal étant alors très souvent co-organisateur de ces évènements.

soirée Kiosk
mardi 27 septembre, 19h

De 2008 à 2014, la police anti-terroriste belge a mené une enquête autour des "activités anarchistes".

Et en effet, il y a bien eu - sur Bruxelles comme ailleurs - des luttes et des éclats de rage qui ont tenté de s’opposer à ce système qui nous exploite et voudrait nous voir reproduire les dynamiques de dominations sur notre entourage.

Parmi ces gestes de rébellion, des anarchistes ont pris part aux conflits.

Sur des bases autonomes et anti-autoritaires, en mettant en avant la possibilité d’agir ici et maintenant, ces compagnon.ne.s ont notamment tenté de partager les révoltes qui sévissaient à l’intérieur des prisons (approximativement, et pour la période plus intense, de 2006 à 2011), mené une longue lutte contre la construction d’un nouveau centre de rétention à proximité de Bruxelles et pris part à différentes tensions qui traversaient la Belgique...

Aujourd’hui, 12 personnes sont pointées du doigt et poursuivies par la justice pour "participation à un groupe terroriste", "association de malfaiteurs" et "incendies volontaires".

En tentant de coller l’étiquette de "terroriste" sur les potentiels inculpés, l’État cherche probablement à faire payer la note à quelques unes, à faire peur aux autres, mais aussi à museler toute critique qui allierait paroles et actions dans son attaque du monde autoritaire.

Cette répression spécifique s’inscrit dans un cadre plus large qui cherche à mater toute critique de l’ordre établi, qui cherche à faire tenir ensemble des contradictions de plus en plus béantes que ce soit aux frontières, dans les quartiers, sur les lieux de travail, dans les prisons,...

Se défendre contre ce coup répressif qui veut renvoyer des compagnon.ne.s devant un tribunal sous des accusations de terrorisme, c’est défendre la possibilité et l’espace des luttes anarchiste et anti-autoritaires. Et, par la solidarité avec les compagnon.ne.s inculpé.e.s, faire face à la répression étatique qui vise à paralyser toute action subversive.

Plus d’infos sur le site de la LIME : https://lalime.noblogs.org/post/201...