La parenthèse de l’horloge sans aiguille,

c’est quand les marins rentrent au port et lâchent prise.

C’est au pied du mur qu’on voit l’escargot.

Tu sors de chez toi, t’es lent. Tu pivotes...


les lundis de 18h à 22h ...

à la Chapelle,

36 rue Casanova, à Toulouse

Le collectif AutonoMIE réquisitionne un bâtiment
15 octobre 2017

Le dimanche 15 octobre 2017 :

Le collectif AutonoMIE réquisitionne un bâtiment

Les mineurs isolés étrangers et leurs soutiens ont réquisitionné aujourd’hui dimanche 15 octobre un bâtiment vide. Nous avons besoin d’un maximum de monde pour tenir ce lieu.
MÀJ : Le bâtiment est ouvert. Photos et informations dans l’article.

Alors que le département a pour obligation de prendre en charge et de scolariser les mineurs isolés quelque soit leur nationalité, la Haute Garonne a mis en place depuis 2016 un système de discrimination visant à mettre les migrants à l’écart de l’Aide Sociale à l’Enfance.

Les ressortissants d’Afrique subsaharienne se présentant au Dispositif Départemental d’Accueil d’Evaluation et d’Orientation des Mineurs Isolés Etrangers (DDAEOMIE) voient systématiquement leur minorité contestée et leur demande de protection classée sans suite.

Aujourd’hui, plus de 70 jeunes sont à la rue et ne comptent que sur la solidarité pour survivre jusqu’à leur audience devant la juge des enfants auprès de laquelle ils contestent la décision qui a été prise à leur encontre.

Des centaines d’hébergeants se relaient depuis plus d’un an au sein du collectif AutonoMIE pour faire face à ce racisme d’Etat. Mais aujourd’hui, devant l’allongement des procédures et l’aggravation du contexte tant local que national, le collectif AutonoMIE n’a d’autre choix que d’occuper un lieu.

L’hébergement d’urgence ne saurait en effet reposer indéfiniment sur l’addition des bonnes volontés alors même que la prise en charge de ces jeunes incombe à l’Etat jusqu’à l’épuisement de leur dernier recours.

Nous occupons d’abord parce que nous n’avons plus le choix, mais aussi pour alerter sur la situation catastrophique de ces jeunes qui ne peuvent rester invisibles plus longtemps.

Le collectif autonoMIE

Dernier communiqué :

Comme vous le savez, le collectif AutonoMIE a réquisitionné mi-octobre un hôtel désaffecté comprenant 25 chambres pour y loger une partie des 70 mineurs isolés qui composent le collectif. Point sur la situation.

Cette ouverture constitue une victoire : celle de la solidarité et de la lutte sur les politiques racistes et capitalistes qui vont en s’aggravant. La préfecture et le Conseil Départemental doivent savoir qu’à Toulouse, la mise à la rue (quand ce n’est pas la mise sous écrou) de centaines de jeunes survivants à l’enfer migratoire, parlant notre langue, colonisés par notre pays et ne demandant qu’à bénéficier d’une infime partie de ce que nous prenons chez eux, ne peut se produire sans une réaction populaire forte et déterminée.

Pour autant, l’émotion ne doit nous faire oublier deux réalités :

- La place d’un mineur isolé n’est pas dans un squat, mais à l’école. Cette solution, bricolée dans l’urgence, est précaire. Le préfet peut décider à tout moment de nous expulser illégalement, avec les risques que cela suppose : garde à vue, centre de rétention, expulsions… De plus, elle ne répond qu’à une infime partie des besoins des jeunes (soin, éducation, juridique…)

- La quasi-totalité des jeunes sortent du collectif AutonoMIE avec une reconnaissance de minorité et un jugement de placement. Le DDAEOMIE, chargé de l’évaluation en Haute Garonne, est donc presque systématiquement démenti par la juge des enfants. Combien de nuitées d’hébergement le Département compte-t-il encore économiser sur le dos des jeunes migrants ? Trouver des solutions d’urgence jusqu’à ce que les recours aboutissent ne doit pas nous faire oublier notre objectif : forcer le Conseil Départemental à respecter ses obligations légales, et ce, dès l’arrivée des jeunes sur son territoire.

En attendant, nous sommes installé-es au 75, rue de la Glacière, et nous comptons bien y rester jusqu’à obtenir gain de cause.

Nous invitons toutes les associations et collectifs amis à nous soutenir publiquement. Ce n’est pas de gaîté de cœur que nous nous sommes plié-es à l’exercice médiatique. Nous visibilisons notre initiative de façon à rendre le coût symbolique d’une éventuelle expulsion rédhibitoire ! Merci à celles et ceux qui ont déjà publié des communiqués de soutien.

Merci enfin aux dizaines (centaine ?) de personnes et d’associations nous proposant – et nous offrant ! – de l’aide chaque jour depuis dimanche. Puisse l’addition de tous ces petits gestes aboutir à un idéal commun, un horizon politique, un dépassement : contre les frontières, contre l’exploitation et contre le racisme.

On se quitte sur ces mots d’Antonio Machado :

« Caminante no hay camino
Todo pasa y todo queda,
pero lo nuestro es pasar,
pasar haciendo caminos,
caminos sobre el mar.

Toi qui marches, il n’existe pas de chemin,
tout passe et tout reste,
mais le propre de l’homme est de passer,
passer en faisant des chemins,
des chemins sur la mer. »

Solidarité avec les mineurs isolés étrangers !!!

Liens utiles :

Actualités régulièrement publiées sur IAATA.INFO

Plus d’infos sur : https://www.facebook.com/autonomie31/

Pot commun : https://www.lepotcommun.fr/pot/0qkp8k8g

La tragédie du miel amer, film d’AutonoMIE à propos du DDAEOMIE : https://www.youtube.com/watch?v=xAXqQTiZINk

Guide hébergeant-es : http://www.mailodie.fr/lukaz/Telechargements/Guide_A5_web.pdf

Guide infoMIE : https://infomie.net/IMG/pdf/vf_version_complete.pdf