Rencontre autour d’ ATENCO
mardi 27 février


LUTTES POUR LA TERRE

RENCONTRE AUTOUR d’ATENCO

MARDI 27 FEVRIER A 19 HEURES


Deux délégués du FPDT de San Salvador Atenco seront parmi nous à Toulouse du 25 au 28 février prochains. Ils auront rencontré, à Paris et dans sa banlieue, des associations, des groupes et des individus participant aux combats de l’immigration, aux mobilisations contre le "système techno industriel" et ses méga-projets urbanistiques. Dans l’Aveyron, le Tarn, le Gers, à Bordeaux, en Ariège, des rencontres sont aussi organisées d’ici-là avec des groupes participant à d’autres luttes et notamment celles liées à la terre. D’autres enfin les accueilleront à Marseille, Perpignan puis dans l’Etat Espagnol.

Nous, le Collectif Chiapas et ses amis, proposons d’organiser une réunion à la chapelle le mardi 27 février prochain à 19 heures avec celles et ceux que nous connaissons déjà, ou que nous aimerions mieux connaître, ou qui se retrouvent dans les idées et les questions que nous présentons ici.

En 2001, dans le cadre de la mise en place de méga-projets de développement industriel, commercial et touristique, un aéroport devait être construit sur la commune de Oaxaca menaçant d’expulsion 35 000 personnes vivant pour la plupart de la terre. C’est contre cette logique de développement et pour la préservation de leur mode de vie que les habitants se sont battus et ont gagné (l’aéroport ne s’est pas construit).

Mais à travers cette lutte ils ont aussi pensé et créé une autre façon de s’organiser, affirmé une autonomie par rapport au pouvoir en place et tissé des liens avec d’autres luttes dans le pays. C’est ainsi que le Front Communal en Défense de la Terre (FPDT) a soutenu en mai dernier des petits producteurs-vendeurs de fleurs victimes de la décision municipale qui visait à chasser les petits vendeurs et les pauvres qui enlaidissent la ville pour faire place nette pour les chaînes commerciales.



Comment, ici, organisons-nous nos luttes contre les modèles marchands et d’urbanisation qui nous sont imposés ? Que construisons-nous ?

Aujourd’hui au Mexique le pouvoir techno-industriel et financier déploie une stratégie politique militaire et judiciaire contre tout ce qui échappe à son emprise. Toute remise en cause du développement uniforme voulu par le système capitaliste justifie une politique de terreur : assassinats, viols, enlèvements. A Atenco, les événements de mai 2006 ont fait 30 prisonniers politiques mais c’est partout au Mexique que les gens sont mis en prison, menacés, enlevés ou tués pour leurs idées.

Quelle solidarité pouvons-nous mettre en œuvre avec eux, ici ?

Le pouvoir applique une tactique de "mise hors d’état de nuire" par tous les moyens (corruption, menaces, assassinats)des "porte-parole, des leaders". Pourquoi ? Parce que pour les gouvernants une action collective ne peut exister que si des chefs la manipulent ; supprimons les chefs et tout s’écroule. Pour nous, le collectif c’est autre chose. On ne peut le définir exactement, on sait que ça peut être marrant, joyeux vivifiant et ingénieux, on sait aussi que c’est dur, qu’il y faut de la patience, de l’écoute, du respect et en tout cas que c’est nécessaire pour affronter "l’ennemi", pour résister mais aussi pour créer. Où on a le plus de mal, c’est sans doute, à faire place dans nos vies à des pratiques collectives qui dépassent le militantisme limité et le simple festif. Et ce qui est encore plus compliqué, ce qu’on ne sait pas vraiment faire, c’est d’assurer dans le temps, contre l’usure du quotidien, le maintien de cette énergie commune qui nous chauffe le cœur quand nous agissons de concert. Pourtant, d’autres à Atenco, à Oaxaca, au Chiapas et ailleurs semblent y réussir.

Nous vous invitons à débattre ensemble de ces questions avec les deux délégués du FPDT Saúl et Aldo.

MARDI 27 FEVRIER A 19 HEURES A LA CHAPELLE

Apéro convivial et assiettes sympathiques.

Participation libre pour aider à financer le voyage de Saúl et Aldo


Collectif de Solidarité Chiapas-Mexique-Toulouse

C/O Canal Sud

40 rue Alfred Duméril

31400 TOULOUSE

Contact mail : chiapas.31 @ no-log.org (enlevez les espaces)